ABONNEZ-VOUS À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Pour suivre nos actualités et nos analyses de marché

Environnement

La réduction du CO2 comme business model

Juillet 2020

De nombreuses entreprises exploitent déjà l'enjeu de la réduction du CO2 à des fins lucratives, réduisant l’impact environnemental de l’humanité et créant un cercle vertueux. Un groupe de scientifiques d’Oxford a identifié 10 solutions potentielles pour étendre son utilisation.

Chaque année, les hommes rejettent dans l’atmosphère environ 40 gigatonnes de dioxyde de carbon. Celles-ci s’ajoutent aux 3150 gigatonnes déjà présentes dans l’air. Heureusement,  gouvernements et entreprises du secteur de l’énergie travaillent à l'amélioration des technologies afin de réduire ces émissions, dangereuses pour notre planète et pour la vie des espèces.

Objectif « Neutralité carbone » et utilisation commerciale du CO2

Conformément à la proposition de l’UE en mars 2020, il convient d’atteindre la « neutralité carbone » (ou « zéro net ») en matière de changement climatique d’ici 2050. Pour y parvenir, il est toutefois nécessaire d’éliminer le dioxyde de carbone de l’atmosphère et de l’utiliser, par exemple, à des fins commerciales. Comme l’a déclaré Cameron Hepburn, professeur d’économie environnementale à l’université d’Oxford, son équipe a déjà identifié 10 méthodes distinctes pour exploiter le CO2 de manière durable. L’équipe les a regroupées en trois catégories : les solutions cycliques, les solutions fermées et les solutions ouvertes. 

Les différentes voies pour utiliser le CO2 à notre avantage

Les solutions cycliques consistent à retirer du CO2 de l’atmosphère, à l’utiliser pour produire du combustible. Ce dernier est ensuite brûlé, puis relâché dans l’atmosphère. Les solutions fermées, elles, prélèvent le gaz dans l’air et le séquestrent à jamais, par exemple dans du ciment. Les solutions ouvertes quant à elles impliquent un système dans lequel le CO2 est absorbé naturellement par des plantes ou des algues ou est converti en biomasse ou en compost avant d’être ensuite libéré dans l’atmosphère sur une longue durée de temps (des décennies voire plus) par l’intermédiaire de processus naturels. 

Sauver la planète grâce à l’« économie du carbone »

Hepburn et ses collaborateurs ont étudié de manière approfondie l’impact économique de ces propositions. Certaines d'entre elles présentent des avantages incontestables : la sylviculture, la gestion des terres, le charbon vert (matière carbonée obtenue par dégradation thermique), les produits chimiques et l’extraction du pétrole sont déjà des méthodes d’extraction du CO2 de l’atmosphère qui apportent un bénéfice aux entreprises.

Dans d’autres cas, comme la conversion du dioxyde de carbone en biocarburant, le soutien économique des gouvernements est indispensable pour soutenir le développement des technologies et des infrastructures nécessaires. Cependant, s’ils venaient à être utilisés à grande échelle, ils deviendraient incroyablement bon marché.

Dans les années à venir, il est certain qu’une évolution technologique rapide sera cruciale pour réduire les coûts et simplifier l’adoption de ces systèmes. Le plus importante consiste à faire comprendre aux gens que la réutilisation du CO2 de l’atmosphère à des fins commerciales sera nécessaire pour lutter contre le changement climatique. Et l'aide des gouvernements, des entreprises et des ménages, sera clé pour relever ce défi.