ABONNEZ-VOUS À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Pour suivre nos actualités et nos analyses de marché

Environnement

Pourquoi investir dans les énergies propres

Mars 2020

Le coût de l’électricité d’origine solaire ou éolienne a considérablement baissé au cours des dernières années. Il est devenu vraiment compétitif comparé aux énergies fossiles. Les énergies renouvelables sont donc devenues incontournables pour les consommateurs. Pour les investisseurs, il s’agit d’une réelle opportunité.

Les ressources en énergies fossiles s’épuisent, et dans le même temps, la demande mondiale d’énergie ne cesse d’augmenter : elle devrait progresser de plus de 25% d’ici 2040, selon l’Agence internationale de l’énergie (AEI) (1). Les habitants de la planète doivent donc se tourner vers les énergies propres, qui présentent un gros avantage : elles sont renouvelables.
La part de ces énergies dans la production d’électricité augmente déjà sensiblement. « Aux Etats-Unis, les énergies renouvelables représentaient 1% de la production d’électricité en 2006, elles pesaient 8% en 2018 et seront à l’origine de 40% de la production en 2030 », affirme Xavier Chollet, gérant de la stratégie Clean Energy chez Pictet AM (source : video Pictet AM du 10 février 2020). Autrement dit, ces énergies-là vont devenir incontournables.

Les énergies propres, un secteur défensif

Mieux : dans certaines régions, elles produisent une électricité moins chère que les énergies fossiles. Les coûts de production ont en effet chuté de façon vertigineuse. Par exemple, selon l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), entre 2010 et 2017, le coût moyen de l’électricité issue des installations photovoltaïques est passé de 0,36 à 0,10 dollars par kWh, soit une baisse de tarif de 73% (2). Ainsi, l’ère où on s’intéressait à l’éolien et au solaire pour des considérations écologiques ou politiques est révolue. Aujourd’hui, les énergies plus propres sont aussi économiques.

Inépuisables, moins chères, et en croissance : selon Xavier Chollet, les énergies propres sont devenues un secteur d’investissement défensif. D’autant que les objectifs de « neutralité carbone » en 2050, annoncés dans le Green deal de la Commission européenne et signés par 68 États Membres de l’ONU en septembre 2019, vont encore plus encourager ces investissements.

Car en matière d’énergies propres, le plus gros reste à faire. Les capacités ne sont pas encore toutes installées. Dans les années à venir, il faudra encore déployer de nombreuses fermes photovoltaïques et une grande quantité de parcs d’éoliennes off-shore, puis transporter cette énergie. Les câbles classiques, en courant alternatif, ne suffisent pas toujours. De grands projets sont donc en cours, sur tous les continents, pour installer plusieurs milliers de kilomètres de lignes en courant continu à ultra-haute tension.

De belles perspectives de croissance

L’autre défi est d’éviter au maximum les déperditions d’énergie, avec des solutions qui permettent une meilleure efficacité énergétique. Chez les consommateurs finaux, une vraie révolution va s’opérer. Au fil du temps, les foyers vont remplacer leurs chaudières à mazout ou à gaz par des pompes à chaleur et des climatisations électriques plus performantes. Dans une vingtaine d’années, la plupart des moyens de transport et des usines seront électrifiés.

Les fabricants de turbines, de câbles sous-marins, de semi-conducteurs, de systèmes intelligents de production moins énergivore, constituent donc autant d’opportunités d’investissement que Pictet Clean Energy analyse et saisit depuis plus de treize ans. Bien entendu, l’investissement en actions ou en fonds gérés avec des actions présente un risque de perte en capital. Mais miser sur les énergies propres, c’est contribuer à un monde où le réchauffement climatique sera davantage maîtrisé, tout en envisageant de belles perspectives de croissance.

Points essentiels à retenir

  • Les besoins en énergie augmentent et les ressources fossiles s’épuisent : les énergies propres et renouvelables prennent progressivement le relais.
  • Il faut déployer de nouvelles capacités de production, avec des fermes photovoltaïques et des parcs éoliens en mer, mais aussi transporter l’énergie et éviter les déperditions.
  • Ce secteur est appelé à prendre un tel essor que beaucoup le considèrent aujourd’hui comme un secteur d’investissement défensif.