I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Vous souhaitez accéder au site pour Investisseurs particuliers?

Investir en dette d’entreprise asiatique

Août 2021

Diversité, stabilité et qualité: les obligations d’entreprises asiatiques

Le marché des obligations d’entreprises asiatiques s’est converti en une classe d’actifs stratégique offrant des niveaux de revenu corrects. Fait notable, la majorité de ses titres sont de qualité investment grade.

Les obligations à rendement négatif ne devaient être qu’un phénomène temporaire. Pourtant, sept ans après la première apparition du phénomène à travers toute la zone euro, quelque 16 000 milliards de dollars de titres obligataires continuent d’afficher des rendements inférieurs à zéro dans le monde. Cela pose un problème aux investisseurs. Il y a peut-être une pénurie d’actifs générateurs de revenus, mais cette catégorie constitue encore un pilier pour les portefeuilles diversifiés. Une solution possible pourrait être de simplement allouer plus de capital aux obligations moins bien notées. Pourtant, ce n’est pas une possibilité qui est ouverte à tous. Les rendements des obligations notées en deçà de la catégorie investment grade peuvent être plus élevés, mais c’est aussi le cas de leur volatilité.

De plus, de nombreux investisseurs doivent composer avec des limites réglementaires sur leurs positions en dette à haut rendement. Les obligations d’entreprises asiatiques libellées en dollar américain pourraient constituer une solution alternative plus pratique. De nombreux facteurs font de cette catégorie un actif stratégique. Tout d’abord, il y a son poids. Cette classe d’actifs a enregistré une croissance rapide et compte aujourd’hui un large éventail d’émetteurs actifs dans tous les principaux secteurs. Surtout, il s’agit d’un marché composé en majorité de titres de qualité investment grade et qui offre également des rendements nettement plus élevés que ceux d’émetteurs de notation équivalente dans les marchés développés. En d’autres termes, le marché des obligations d’entreprises asiatiques est à la fois trop volumineux et affiche des valorisations trop fortes pour être ignoré.

Poids et diversité

Le marché des obligations d’entreprises libellées en dollars connaît un essor rapide en Asie, avec près de 850 milliards de dollars de titres négociables1. De plus, en s’approchant d’une taille critique, il gagne en diversité et attire des émetteurs issus d’un large éventail de secteurs économiques, tout comme ses homologues des pays développés. Sa croissance a bénéficié d’un changement marqué dans les habitudes des entreprises en matière d’emprunt.

Auparavant, les banques constituaient la principale source de financement des entreprises asiatiques. Mais cela s’est avéré problématique. Les banques empruntaient à court terme en devises étrangères et prêtaient à long terme en devise locale. Ce décalage entre les échéances et les devises a exposé les banques nationales à des risques en cas d’arrêt soudain des financements étrangers.

Conscients de ce risque, les gouvernements asiatiques ont mis en place des réformes pour développer des marchés obligataires nationaux. Ces efforts, dont l’objectif est d’améliorer l’infrastructure de marché, d’élargir la base d’investisseurs nationaux et de renforcer la protection des investisseurs, comprennent les éléments suivants:

  • Lancement des fonds communs de placement et des comptes d’épargne individuels;
  • Levée des restrictions sur les investisseurs étrangers;
  • Introduction de titres adossés à des actifs et d’un système de valorisation à la valeur de marché;
  • Mise en place de courtiers entre négociants qui servent d’intermédiaires;
  • Suppression de la limite des montants d’émission d’obligations d’entreprises;
  • Création de nouvelles places boursières et amélioration de la gouvernance d’entreprise et des communications.

Toutes ces mesures portent leurs fruits. Les obligations sont en train de devenir l’une des sources de financement les plus populaires parmi les entreprises asiatiques. Le montant total d’obligations d’entreprises émises a augmenté de 1,6% par an pour atteindre 4,5% du PIB sur la période 2008-2017, contre 1,6% entre 1990 et 1998, tandis que la part des obligations dans le financement total des entreprises a été multipliée au moins par dix au cours de la décennie qui s’est terminée en 2015, alors qu’elle partait de moins de 1%2.

Cette expansion devrait se poursuivre. Les besoins en capital des entreprises asiatiques vont augmenter au cours des années à venir, étant donné que les liens commerciaux entre les économies de la région vont se resserrer et qu’elles investiront massivement pour renforcer leurs capacités dans les technologies, l’industrie, l’agriculture et les ressources naturelles.

Les obligations d’entreprises joueront alors un rôle plus important dans le développement économique de la région. Cette classe d’actifs n’offre pas seulement aux entreprises locales un intéressant moyen intéressant d’accès à des fonds, mais elle peut également servir de système de soutien essentiel en se substituant aux prêts bancaires ou au financement en actions en cas de durcissement des conditions de prêt dans les pays.

Fig. 1 – Qualité et rendement supérieurs

Rendement à l’échéance, %

Comparaison des rendements obligataires et des notations

Source: Bloomberg, JP Morgan. sous-indices Barclays Bloomberg Global Aggregate et US Aggregate. Indices JP Morgan EMBI Global Diversified, CEMBI Broad Diversified, JACI Corporate au 31.07.2021.


Les fondamentaux sous les feux de la rampe

Cela étant, la diversité et la profondeur du marché ne constituent pas les seuls facteurs d’attraction de cette classe d’actifs pour les investisseurs étrangers. Ses fondamentaux méritent également qu’on s’y attarde davantage.

Tout d’abord, et malgré cette expansion, la qualité des émetteurs est restée élevée. Les obligations de première qualité notées investment grade dominent cette classe d’actifs puisqu’elles représentent 70% du marché. Vient ensuite la question du rendement. Alors que plus de 16 000 milliards d’USD d’obligations dans le monde offrent des rendements négatifs, le crédit asiatique de qualité investment grade se distingue par les rendements sensiblement plus élevés qu’il propose par rapport aux obligations d’État américaines de référence. Son rendement est même supérieur à celui des obligations américaines de catégorie spéculative (Voir Fig. 1).

Fig. 2 – Une ligne de défense: les obligations d’entreprises asiatiques résistent bien face aux turbulences

Perte maximum, par classe d’actifs, %

Niveau des pertes maximum

Source: Chinabond, JP Morgan. Crise de la dette souveraine de l’UE (août-novembre 2011), Taper Tantrum (8 mai – fin 2013), dévaluation du CNY (10 août 2015), Covid-19 (21 février – 15 avril 2020); données issues des indices JP Morgan suivants. sous-indices Barclays Bloomberg Global Aggregate et US Aggregate. Indices JP Morgan EMBI Global Diversified, CEMBI Broad Diversified, JACI Corporate. Toutes les performances sont en USD.
 

C’est notamment grâce à une solvabilité supérieure et à des rendements plus élevés que cette classe d’actifs est devenue l’un des investissements obligataires les plus défensifs des marchés émergents. En effet, lors de toutes les grandes corrections que les marchés ont subies depuis la crise financière de 2008 jusqu’à la pandémie de Covid incluse, les obligations d’entreprises asiatiques ont bien résisté par rapport à la plupart des autres classes d’actifs obligataires des marchés émergents (voir Fig. 2 et Fig. 3).
Fig. 3 – Des performances solides sans la volatilité

Performance annualisée et volatilité,  par classe d’actifs obligataire, % 

Performances et volatilité des obligations

Source: Bloomberg, données relatives à la période du 31.12.2009 au 30.06.2021 et tirées des indices JP Morgan suivants. sous-indices Barclays Bloomberg Global Aggregate et US Aggregate. Indices JP Morgan EMBI Global Diversified, CEMBI Broad Diversified, JACI Corporate. Toutes les performances sont en USD. 

Tout porte à croire qu’elles conserveront cette caractéristique.

Gestion prudente de la trésorerie. Les sociétés asiatiques disposent en général de près de deux fois plus de liquidités dans leur bilan et affichent un endettement net inférieur à celui de leurs homologues des marchés développés. Selon JP Morgan, les sociétés asiatiques de qualité investment grade ont un ratio d’endettement net de 1,4, tandis que leurs trésorerie représente 42% du total de leurs emprunts. Elles font ainsi mieux que les émetteurs américains de qualité investment grade, pour lesquels ces mêmes indicateurs s’élèvent respectivement à 2,4 et 24%.

Faible exposition aux matières premières. Le marché obligataire asiatique n’est pas particulièrement sensible aux prix des matières premières, qui peuvent être extrêmement volatils. C’est d’autant plus vrai pour la dette d’entreprises, puisque la part d’émetteurs issus des secteurs du pétrole, du gaz, des métaux et de l’extraction minière y est moins élevée que dans les marchés obligataires d’autres régions et il compte de plus en plus d’entreprises de secteurs dynamiques comme les énergies renouvelables et les télécommunications3.

Biais local. Le marché des obligations d’entreprises asiatiques bénéficie d’une vaste et stable base d’investisseurs nationaux, qui représentent environ 80% de l’ensemble de ses investisseurs. Ce groupe, composé essentiellement de gestionnaires d’actifs et d’investisseurs institutionnels, se distingue généralement par un horizon d’investissement à plus long terme et par une plus grande tolérance aux fluctuations des taux de change, ce qui contribue à réduire la volatilité générale de cette classe d’actifs. Par exemple, en Corée, les positions combinées des fonds de pension et des compagnies d’assurance représentent près de la moitié du marché des obligations d’entreprises4.

Le revenu à un prix abordable

Le crédit asiatique est un marché de plus en plus vaste et liquide qui devrait constituer une opportunité attractive pour les investisseurs internationaux en quête de diversification pour leur portefeuille obligataire et participer à une transformation à long terme des économies asiatiques.