I am Article Layout


Sélectionnez votre profil:

Contenu réservé au type d'investisseur sélectionné.

Vous souhaitez accéder au site pour Investisseurs particuliers?

villes intelligentes

Octobre 2018

Urbanisation: l’intelligence est une opportunité

L’urbanisation fait pression sur les infrastructures et l’environnement. Pour prospérer les villes doivent se faire plus intelligentes.

Si les villes ne représentent que 2% des terres émergées de la planète, elles accueillent tout de même plus de la moitié de la population mondiale et génèrent 80% de toute la production économique1. Leur domination se fait en outre de plus en plus forte: d’ici à 2045, 2 milliards de personnes supplémentaires vivront en zone urbaine. Nous estimons que cela exercera une certaine pression sur les infrastructures, les ressources et l’environnement.

Fort heureusement, les responsables de la planification et de la construction des centres urbains du futur sont prêts à relever le défi. Dans le monde entier, les autorités collaborent plus étroitement que jamais avec le secteur privé pour rendre nos villes plus sûres, plus durables et mieux connectées.

explosion urbaine

Nombre d’établissements urbains dans le monde

graphique des villes mondiales

Source: Nations Unies; les établissements urbains sont définis comme les zones de peuplement dont la population est au moins égale à 300 000 personnes.

 

C’est une bonne nouvelle pour la planète.

Nous pensons que les investisseurs aussi peuvent s’en réjouir. L’avènement des villes intelligentes est en effet la promesse de l’émergence d’importantes opportunités commerciales pour un grand nombre de sociétés qui participent au développement urbain.

Alors que la croissance de l’économie mondiale s’établit à seulement 3% par an, les sociétés liées à l’urbanisation pourraient ainsi voir leur chiffre d’affaires croître de plus de 15% par an2.

Les politiques sont également extrêmement favorables à la transition vers les villes intelligentes. Par exemple, le développement de «villes intelligentes» se trouve au cœur des objectifs de développement durable de l’ONU (ODD). Dans l’ODD 11, les Nations Unies réclament précisément des investissements urbains supplémentaires d’ici à 2030 pour «rendre les villes ouvertes à tous, sûres, résilientes et durables»3.

D’après Citigroup, rien que pour atteindre cet objectif, il faudrait investir chaque année 2 100 milliards de dollars en infrastructures, logements, éducation, santé, divertissement et bâtiments4.

C’est en réponse à ces tendances que Pictet Asset Management a mis au point la stratégie SmartCity, dont l’objectif est d’investir dans des sociétés qui vont, selon nous, pleinement profiter de la vague d’urbanisation.  

Les opportunités d’investissement dont nous observons l’apparition peuvent être classées dans trois vastes domaines d’activité: construire la ville, gérer la ville et vivre dans la ville.

Construire la ville

Pour accueillir plus d’habitants, il faut plus de bâtiments: logements, bureaux, écoles, centres de loisirs. La difficulté réside dans la conception, la planification, la construction et le financement de ces bâtiments de façon efficace et durable. 

La Chine et l’Inde ont à elles seules besoin de 2,8’milliards de mètres carrés de nouveaux espaces résidentiels et commerciaux chaque année5. Malgré les efforts en cours pour construire plus haut afin d’économiser l’espace et de réduire l’expansion urbaine, les gratte-ciel conventionnels sont bien souvent peu respectueux de l’environnement en matière de construction et d’exploitation, ce qui les rend finalement très onéreux. 

Les attentes du public vis-à-vis des bâtiments vont elles aussi évoluer avec les changements technologiques et démographiques. Ainsi, la montée de l’Internet des objets (les prévisions tablent sur 25’milliards d’objets connectés dans le monde d’ici à 20206) alimentera la demande pour des connexions à Internet à très haut débit. De même, avec le vieillissement de la population et la densification des villes, la demande pour des ascenseurs et d’autres dispositifs favorisant l’accessibilité sera forte. On estime que la taille du marché des ascenseurs atteindra 125’milliards de dollars d’ici à 2021, contre 89’milliards de dollars en 20157.

Gérer la ville

L’augmentation de la population est à l’origine de 60% de la croissance des villes, tandis que les 40% restants proviennent d’amélioration de la productivité du travail8. Pour fonctionner efficacement, les zones urbaines ont besoin de meilleures infrastructures de transport, d’eau, d’énergie et de gestion des déchets, ainsi que d’installations logistiques et de services publics allant de la santé à l’éducation. La lutte contre la pollution de l’air est également une des priorités des métropoles, notamment en Chine, tandis que l’élimination et le traitement des déchets deviennent plus problématiques avec la croissance de la population.

Les entreprises qui aident les villes à fonctionner de façon fluide et durable devraient donc prospérer. 

Sur les 81’milliards de dollars qui seront consacrés aux technologies des villes intelligentes, près d’un quart portera sur la surveillance visuelle fixe, l’éclairage extérieur intelligent et les transports en commun de pointe, d’après International Data Corporation9.   

Lorsqu’elles auront atteint leur plein potentiel, les villes intelligentes appliqueront des solutions non seulement bonnes pour la planète, mais aussi pour l’économie.

Au bout du compte, cela se traduira probablement par des trains à grande vitesse et des voitures sans conducteur. La société de conseil McKinsey prévoit que jusqu’à 15% des véhicules de tourisme vendus à travers le monde en 2030 seront entièrement autonomes, tandis que les revenus du secteur automobile pourraient pratiquement doubler et atteindre 6’700’milliards de dollars grâce à la mobilité partagée (autopartage, VTC) et aux services de connectivité des données (y compris les mises à jour d’applications et de logiciels présents dans les voitures)10.

Les modifications des préférences des consommateurs imposeront également de nouveaux types d’infrastructures. Les citadins d’aujourd’hui s’adonnent de plus en plus au commerce en ligne et s’attendent à des délais de livraison toujours plus courts. Pour satisfaire leurs besoins, les zones urbaines modernes auront besoin de s’appuyer sur des centres de distribution de dernière minute, soutenus par des entrepôts situés hors de la ville.

Lorsqu’elles auront atteint leur plein potentiel, les villes intelligentes appliqueront des solutions non seulement bonnes pour la planète, mais aussi pour l’économie. Les conclusions d’un récent rapport de la Commission mondiale sur l’économie et le climat montrent qu’investir dans des transports en commun à faibles émissions et augmenter le recours aux énergies renouvelables et l’efficacité des bâtiments commerciaux et de la gestion des déchets en ville pourrait permettre une réduction de la facture énergétique de 17’000’milliards de dollars d’ici à 2050, tout en réduisant les temps de trajet quotidiens et en améliorant la qualité de vie générale11.

Los Angeles a par exemple déjà réduit sa consommation d’énergie de 63%, et ainsi économisé chaque année 10’millions de dollars en factures d’électricité et coûts de maintenance grâce à l’installation de 173’000 éclairages à LED12.

Vivre dans la ville

Enfin, tout comme nous allons créer des villes plus efficaces, nous devons trouver de nouvelles façons de mieux y vivre et y travailler, notamment en offrant à tous une vie plus flexible grâce à des technologies innovantes.

maisons intelligentes
Taille du marché mondial des maisons intelligentes, Md USD
Graphique de la taille du marché des maisons intelligentes

Source: A.T. Kearney

Selon nous, des plats préparés plus sains constituent une opportunité non négligeable d’améliorer la vie urbaine compte tenu du manque de temps et d’envie des citadins pour la cuisine. Rien qu’aux États-Unis, les ménages consacrent 730’milliards de dollars à la nourriture à emporter ou aux repas pris hors du domicile, 43% du total de leur budget alimentaire13.

Les bureaux flexibles sont un autre secteur qui a le vent en poupe. Le nombre de personnes qui utilisent des espaces de coworking dans le monde a été multiplié par trois en deux ans pour atteindre 1,74’million. On prévoit qu’elles seront 5,1’millions en 202214.

Les changements démographiques façonnent aussi la demande des citadins. Ils sont de plus en plus nombreux à être célibataires, ce qui augmente l’intérêt de proposer un éventail plus large de possibilités de logements (par ex., des appartements plus petits ou partagés). Étant donné que les logements urbains sont généralement plus petits, un marché des installations de self-stockage, des parkings à vélos et de différentes initiatives d’économie partagée voit le jour. Comme les parents qui travaillent sont également plus nombreux, la demande pour des services de garde d’enfants augmente.

Voilà autant de bonnes nouvelles pour les sociétés qui proposent ces services.

Intelligentes et durables

La plupart de ces innovations existent déjà. McKinsey estime que l’adoption du concept de ville intelligente peut améliorer les principaux indicateurs de qualité de vie, comme la santé, la sécurité et la qualité environnementale, de 10 à 30%. Selon nous, l’avenir de notre monde de plus en plus urbain, où l’efficacité et la durabilité vont de pair, dépendra de la capacité à appliquer ce concept, et à continuer d’innover.

Une formidable opportunité d’investissement aux perspectives de croissance supérieures se présente donc. Les investisseurs peuvent en profiter en contribuant à l’édification des villes intelligentes du futur.